dimanche 29 mai 2011

Changer l'OS de la France

J'ai rajouté ce commentaire sur ce post ci sur le "modèle" complètement obsolète de l'Europe du Sud...
Bien sûr que les stocks de dette existants et le vomi précédent ne sera pas remboursé.

C'est pas de ça dont il est question.

C'est pour demain. La fête est finie pour les PIIGS. Si les créditeurs feront une croix sur la dette passée, ils ne prêteront plus en revanche pour la gabegie future...

La richesse, ça se mérite. Ce n'est pas un dû.

Si les pays des PIIGS ne changent pas foncièrement, France incluse, il n'y a aucune raison pour qu'on reste des pays riches avec notre modèle du siècle d'avant, suranné, avec des pertes en ligne de partout...

Soit on se réforme, on tue les rentes, et on devient une vraie démocratie, à la suédoise. Soit on sera juste un pays pauvre d'Europe du Sud...

En terme de PIB par habitant, l'Europe du Sud est juste en train de se faire gentiment larguer par l'Asie...

On est des dinosaures les gars...

Et les dinosaures ont disparu...

Notre système d'exploitation, le mode de fonctionnement de notre État, de notre société, était peut-être à la pointe dans les années 50, mais aujourd'hui, on est juste un truc dépassé, bouffé par la rente, la sous compétitivité, les conducteurs de diligence et le poids des acquis soit disant "sociaux"...

La France c'est un MO5... C'était peut-être super top dans les années 80... L'Europe du Nord, aujourd'hui, tourne sous Vista...

A nous d'inventer l'OS de demain...

Cathédrales de l'information, éducation Internet, fiscalité automatisée, base de données de compétences, CVs et offres d'emploi en ligne, informatisation de la santé...

Un projet qui a un peu plus de tronche que 300 000 emplois jeunes soviétoïdes (dont le financement en détruira 600 000 dans le privé) pour sauver la Fraônce Eterneeeellle et la Sainte République...

Maintenant, essayez de repenser l’État. De repenser le mode d'organisation de la société...

Pas de repenser l'homme et de nous pondre un énième concept aliénant d'homme nouveau. Non. Je parle de repenser l'organisation de la société, pour qu'elle utilise au mieux les technologies à disposition pour avoir un système d'exploitation le plus naturel, le plus fluide et le plus efficace possible.

Essayez d'arrêter de penser sacro saint CNR qui fleure bon le papelard tapé à la machine à écrire et foutez à la benne la pensée anachronique de nos croulantocrates envahissants, pour n'en garder que la solidarité essentielle et son jus primordial...

Essayez de penser google, facebook, Internet...

Imaginez par exemple :
  La suppression du salaire minimum à seuil et l'instauration d'un salaire minimum redistributif. Tous ceux qui touchent au dessus du salaire médian horaire donnent x% de ce qui dépasse le salaire médian à ceux qui touchent moins du salaire médian. Fin du chômage. Tout le monde trouve à bosser au salaire qu'il arrive à trouver. Plein emploi. On corrige les inégalités avec ce x... Les incitatifs restent intacts et chacun est incité à bosser pour le meilleur salaire qu'il puisse trouver.

   Une base de données administrative centrale. La fin du papier... Chaque citoyen reçoit une sorte de carte bleue avec code personnel, qui l'identifie et lui sert d'accès à tout.

   La France qui offre au monde, disons... Promethée (faut que ça aie de la gueule), le grand projet d'éducation gratuite sur Internet... Un arbre de compétences comme dans Civilization. Avant de pouvoir apprendre une compétence, celle ci nécessite des prérequis dans d'autres compétences. Pour chaque compétence, une base de cours, très bien faite, d'animations/documentaires, cours des plus grands spécialistes et pédagogues dans le domaine, avec exercices. Chacun peut étudier ce qu'il veut comme il le souhaite et quand il le souhaite. Régulièrement, des examens gratuits permettent de valider telle ou telle compétence. On ne pense plus classe, CV, diplôme... On pense compétence... Pour les trucs plus manuels ou subjectifs, c'est à voir, mais déjà, ça donne des possibilités énormes. On peut imaginer tout comme compétence... Des fractions, à tenir une caisse, à plomberie/zinguerie-théorie, jusqu'à mécanique des fluides visqueux...

Il ne s'agit pas de supprimer la petite école, mais de lui donner un cadre. Aucun enfant ne peut accéder à un apprentissage tant qu'il n'a pas validé ses prérequis. Avant le lycée, chacun apprend l'autonomie, apprend à apprendre. Et passé le lycée, chacun s'assume. On repense fondamentalement l'organisation de l'université. L’université reste gratuite mais son accès devient un concours, basé sur les résultats obtenus dans les compétences ciblées par l'université.

En parallèle, on crée une base de CVs et d'offres d'emploi. Chaque personne a son CV de compétences. Il peut le publier ou non, indiquer sa mobilité, son salaire minimum désiré. En face, les employeurs peuvent rechercher directement sur chaque compétence, selon des notes minimales dans chacune d'entre elles. Envoyer des propositions d'emploi à des gens déjà en poste. Les chômeurs peuvent voir quelles compétences sont massivement recherchées, se lancer dans leur apprentissage en ligne, leur validation, et postuler... On peut rechercher les jobs près de chez soi sur une carte... Les gens ne sont plus un diplôme obtenu dans leur jeunesse mais peuvent se former, évoluer tout au long de leur vie... Les possibilités sont infinies...

   L'informatisation du parcours de soin. Vous passez votre carte. Le médecin renseigne sur votre compte une prescription, ajoute des documents, des commentaires. Tout est crypté. Sans taper le code de la carte, impossible d'accéder au dossier. Vous allez à la pharmacie, vous passez votre carte, le pharmacien bippe les médicaments et ils sont automatiquement déduits de votre prescription... Pas un papier, rien...

   La suppression de l'argent liquide. Chaque transfert d'agent est qualifié comme un achat ou comme un don. Pour une entreprise, un paiement reçu est forcément un achat. Fin du travail au noir.

De plus, de toutes façons, la suppression de l'argent liquide sera une nécessité pour d'autres raisons. Dans un monde où la population baisse, sauf croissance par habitant, la déflation des actifs sera la norme. Pensez Japon... Le rendement sur l'épargne devra devenir négatif. Avec de l'argent liquide, c'est l'explosion assurée... Car l'argent liquide, c'est la garantie d'une rémunération en nominal de 0%... C'est intenable.

   Simplification et automatisation de la fiscalité.

   Avec toutes les marges de manœuvre dégagées par les économies d'administration, d'indemnisation du chômage, ou de dépenses d'éducation, vous récupérez quelque chose comme 20 points de PIB.

Vous pouvez entre autres vous consacrer à soigner les gueules cassées de la vie, à créer des sortes de centres, entre les salines d'Arc et Senans et les centres Emmaüs, où les amochés de la vie peuvent vivre en communauté tout en ayant un travail. Mais c'est qu'un exemple. On parle de 20 points de PIB au moins... Les possibilités sont énormes...

   Mise en place d'un parlement Internet, un peu comme un forum. L'écrit, les arguments et le fond reprennent le dessus sur la rhétorique et le serrage de louches par des glandus incompétents. Chaque citoyen peut soit voter directement, soit déléguer sa voix, domaine par domaine, à un autre utilisateur, qui sera son député. Pas plus de 0,2% des voix par député.

Tout ceci n'est qu'un exemple. Il y a surement 1000 fois plus à faire encore...

Et ça c'est que pour la partie intangible.

   Sur le logement, on retire aux collectivités locales COS et PLU, et on rachète au prix de marché les pavillons merdiques en vente. On construit à la place du Haussmann en pierre de taille sculptée, à la sauce 21ème siècle... On y intègre un peu de vert, de verre et de fer, pour le moderniser s'il le faut. On le déstructure un peu. Je ne suis pas architecte. Mais en gros, on construit du beau. Et on loge les gens.

   Pour le Peak Everything, on met en place des systèmes d'auto-partage, des transports en commun moins aliénants et qui ressemblent à quelque chose, on décentralise Paris, on organise le télé travail, on crée des villes nouvelles là où il n'y a rien...

Voila un vrai programme de gauche !

Un nouveau programme qui a autre chose à proposer que la rigueur, l’appauvrissement et le déclin...

Pas la merdasse informe et sans ambition que les croulants soviétoïdes du PS nous ont pondu, restés bien confortablement fossilisés dans les années 70, et trop soucieux de ne pas déranger leurs clientèles de rentiers.

Et je vois déjà ceux qui vont hurler au fascisme Internet... A ces passéistes, je leur répondrai de relire Notre Dame De Paris et la tirade de l'Abbée Frollo contre la presse de Gütemberg...

3 commentaires:

  1. Pas mal de bonnes idées, mais 3 trucs qui me chiffonnent :

    - la suppression de l'argent liquide, c'est une idée qui me surprend venant d'un goldeux. Le jour où j'apprend que l'argent liquide sera bientôt retiré de la circulation, je me précipite chez mon numismate pour finir d'écouler mon liquide... Ça me permettra de financer tout ce que je n'ai pas envie que l'État sache de moi : travaux au noir, lectures subversives, achats de nourriture en temps de guerre, etc. Interdire le liquide, c'est le meilleur moyen de développer les monnaies parallèles. Je ne sais pas si c'est vraiment gagnant pour l'État au final. Si c'est juste pour pouvoir appliquer des taux d'intérêts négatifs au cash, ça existe déjà : voir ce qui se fait dans les SEL par exemple, voir les monnaies utilisées pendant la 1ère guerre mondiale, voir certaines monnaies au moyen-âge pendant les foires, etc. Ces monnaies avaient une date d'inscrite dessus (comme toujours) et perdaient de leur valeur tous les ans. Une pièce de 2 € n'en vaut plus qu'1,98 l'année suivante, 1,96 € l'année encore après, etc. On peut aussi retirer de la circulation toutes les pièces de 2011 à la fin de l'année et les échanger contre des pièces de 2012, au taux de 20 pièces 2011 pour 19 pièces 2012, par exemple.

    - ton idée de mettre tout le monde dans des immeubles, ça se justifie sûrement dans les très grandes agglomérations françaises où il est très difficile de se loger à moindre coût près de son travail, mais pour les 30 millions d'habitants restants ;) ça me paraît moins primordial. Alors pourquoi ne pas laisser aux gens le choix de leur mode d'habitation ?

    - un proverbe dit en substance "quand on est un marteau, tous les problèmes ressemblent à des clous". J'ai l'impression que tu perçois le monde comme un informaticien ;) il y a de bonnes idées dans ce que tu proposes, mais il y a un sacré biais dans ta façon de voir le monde je trouve.

    RépondreSupprimer
  2. - rien n'empêche en effet d'acheter de l'or. L'argent de l'or ne disparaît pas de toutes façons. Il est juste transféré à celui qui te l'a vendu...

    - ben bien sûr que ça ne concerne que les zones où il y a problème... J'ai pas précisé, ça me semblait évident...

    - sur le dernier point, ce qui me chiffonne, c'est que personne dans le mainstream ne semble entrevoir ce que j'entrevois clairement, en terme de possibilités... A part s'indigner, ça sait pas faire grand chose... Peut-être que les politicards et les pseudo intellectuels gagneraient à être un peu informaticiens sur les bords ;)

    RépondreSupprimer
  3. Tonio veut nous accompagner en enfer en nous tenant par la main ... Tonio, soit tu as lu " le meilleur des mondes " sinon, soit tu l'as imaginé ... Tes propos sont un mélanges de néo-libéralisme à la sauce soviétique. Tu veux nous parquer dans des grands ensembles, comme les bœufs des années 70. En ce qui me concerne, le jour ou ils suppriment l'argent liquide, je cours à l'assemblée pour bruler tout et tout le monde . Une monnaie doit rester physique.
    Concernant ton souhait d'informatisation à outrance, je t'invite à regarder un reportage quo est passé dernièrement sur Arte. On y voit des indiens fournir les repas du midi préparés à la maison par les épouses. Ca se chiffres en milliers, proche du millions si mes souvenirs sont bons. Pas un ordinateur n'est utilisé pour parvenir au but : livrer un million de repas en 1H 1/4.
    Je verrais plutôt la destruction de 3/4 des grandes surfaces, des 9/10eme des fast-food chaines ( genre Mc Do, Burger truc et tout ) comme solution viable. Je suis pour la destruction créatrice, pour retrouver un équilibre de l'économie. Rien que ça, ça aurait un impact bénéfique sur la santé. Je suis pour la décentralisation.

    La richesse, ça se mérite ? Heu, non, le plus souvent, la richesse, on en hérite ! Ca n'est pas sans causer de problèmes. Regarde cette gentille Mme Bettencourt à quel point elle semble harcelée par sa fille et son entourage étoilé. C'est le même scénario qu'avec la famille Agnelli ...

    RépondreSupprimer

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)