mardi 5 avril 2011

La manière dont sont attribués les permis de construire est du vol qualifié

Petite réflexion sur la manière dont marche la société de propriétaires en France et comment le pouvoir d'attribution des permis de construire donné aux populations déjà établies localement, est du vol qualifié du droit à la propriété des autres populations.

Pour résoudre la crise immobilière en France, ce qu'il faut, c’est :
   1) construire
   2) arrêter d’inciter à faire croitre la population française (par l’immigration entre autres) et enfin essayer de faire tenir le château de cartes financier et des fausses promesses faites aux croulants en faisant de la croissance par habitant, et pas de la croissance des habitants. Surtout qu'avec le peak everything, c'est fini la belle martingale de la croissance facile uniquement en multipliant le nombre des bactéries dans la boîte à pétris.

Prenez un quartier comme Charentonneau à Maisons-Alfort.





Que des pavillons merdiques de plein pied ou avec un étage, sur des hectares. Le tout à 100m du métro Stade de la ligne 8.

Sur l’emplacement de chaque pavillon, là où on loge aujourd’hui à peine 2 à 3 personnes, on peut construire des logements pour 50 personnes dans une petite résidence.

Ce qu’il faut, c’est racheter ces maisons au prix de marché quand un proprio en vend une, les raser, et faire des résidences. Soit l’État, soit le privé, ça, on s’en cogne... Notez tout de même qu'en ces temps de dette publique insupportable, l’État pourrait sacrément remplir ses poches comme ça...   Et je ne vous parle pas des emplois que ça créerait, en ces temps de taux de chômage à 10%. Ni de la croissance générée, alors que pour la première fois en 30 ans, la France ferait enfin de la vraie croissance en augmentant son capital réel, et pas de la croissance de papier en faisant monter les patrimoines immobiliers existants, par la pénurie croissante organisée, et grâce au fait que les prix se fassent à la marge...

Et là on tombe sur le vrai problème qui est que ce sont les propriétaires déjà présents, qui ont tout pouvoir sur les organes de décision qui donnent les permis de construire pour construire plus de logements autour de leur tas de parpaing.

Comme le note Bénard, c’est une négation du droit à la propriété de ceux qui ne sont pas rentrés dans le ponzi que ces escrocs créent de toute pièce par la pénurie organisée…

Typiquement, si un promoteur veut acheter deux maisons en vente, les raser pour construire une résidence dessus, de quel droit les voisins réunis en association ou qui squattent les conseils municipaux auraient le droit de l’en empêcher ?

Ils étendent leur droit de propriété au delà de la seule parcelle qu’ils possèdent. C’est du vol qualifié du droit à la propriété de ceux qui ne sont pas là.

Article 17 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen...
La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n'est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l'exige évidemment, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité.

Vous voulez résoudre la crise du logement en France ? Plutôt que de faire de grands plans de logements sociaux, commencez par retirer aux mairies les COS, les PLU et les droits d'attribution des permis de construire... Et vous verrez que tout va se débloquer...

Mais vous pouvez toujours attendre avant que les escrocs de la croulantocratie de gôche (multi) proprio à grosse retraite bidon proposent un truc pareil... Ils vont vous agiter comme des cons le grand drapeau en lambeaux de la Sainte République, tout en continuant d'en saper méthodiquement les fondements méritocratiques, et en distribuant quelques susucres de tittytainment à la marge pour éviter que le couvercle saute et que la traite s'arrête...

Pendant ce temps là... Marine grimpouille... Surtout chez les jeunes...  

1 commentaire:

  1. Mais si l'on construit des résidences partout, on crée de la promiscuité. Avoir trois barres d'immeubles qui se construisent devant chez soi juste parce qu'on ne veut pas ôter au promoteur la jouissance de sa propriété privée, ça n'est pas forcément très agréable... La preuve, c'est que ledit promoteur n'habite pas dans le coin. Pas fou.

    RépondreSupprimer

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)