mardi 12 avril 2011

La croulantocratie exige la poursuite du ponzi démographique et de la traite des jeunes

Deux interviews édifiantes sur BFM...

Voila qui fait magnifiquement suite à ce post ci. Ça en devient pathétique ce tel déni de réalité...   

Pour rappel, on ne le dira jamais assez, mais on vit quand même dans un pays où les retraités touchent en moyenne par mois 1250€ de retraite et de rentes diverses, tout en étant massivement propriétaires de leur logement et sans enfants à charge, là où les actifs gagnent 1200€ par mois... Trouvez l'erreur.

Et ne sachant plus quoi faire pour continuer à promettre aux vieux qu'ils continueront à avoir un niveau de vie qui plane dans la stratosphère, nos sémillants keynésiens n'ont rien d'autre à proposer que de faire de la croissance au forceps...

Alors sans même évoquer l'injustice flagrante du fait que toute la croissance aille aux vieux, ni bien sûr jamais entrevoir que la solution serait que les vieux retouchent le sol et partagent un niveau de vie en corrélation avec celui des actifs qui les entretiennent, mis à part ces deux évidences donc, la première question qui vient naturellement, c'est pourquoi on ne fait pas de la croissance par habitant ?

Mais bon, ça, c'est pas possible. Nos escrocs de l'élite autorisée aux cheveux bien grisonnants, tout en agitant le drapeau en lambeaux de la Sainte République, s'affairent à détruire méthodiquement la méritocratie qui en est le fondement. Et c'est cette méritocratie qui crée les incitatifs puissants qui poussent à cette croissance par habitant. Or, désormais, après 30 ans de ponzinomics et d'enchainement de la droâte et de la gôche au pouvoir, qui nous ont organisé le pillage systématique des jeunes méritants pour soigner leurs petites clientèles, on se retrouve avec un système où un BAC+5 qui travaille à Paris, vit moins bien qu'un glandu professionnel en HLM, et où les jeunes méritants se retrouvent à donner tout leur droit à se constituer un patrimoine à des vieux qui les dépouillent via leurs rentes odieuses, pour qu'ils les claquent ou les épargnent pour les léguer ensuite à leurs enfants, sans droits de succession. Naturellement, les escrocs de la tartuferie de gôche parlent d'acquis "sôcial" ou de "sôlidarité" pour qualifier ce système où les jeunes pauvres donnent tout leur fric aux vieux riches... Et pire que tout, la traite des jeunes actifs ne suffisant plus, ils endettent de force les jeunes actifs via l’État pour payer tout ça... Le système est tellement à l'agonie que désormais, toute l'épargne, va en dette publique qui sert à payer les susdites fausses promesses faites aux toujours mêmes clientèles, ou en bulle immobilière alors que la croulantocratie qui squatte tous les échelons de pouvoir organise la pénurie du bien de première nécessité qu'est le logement. Naturellement, il ne reste pas un rond pour investir dans les entreprises, et les débiles se félicitent de ce 17% de taux d'épargne largement bidon des français (et dont j'aimerais bien un jour d'ailleurs trouver une répartition par âge...)

Et donc du coup, dans l'incapacité de faire de la croissance par habitant, nos escrocs de la pensée autorisée, n'ont rien d'autre à proposer pour obtenir la "croissance" qui permettra de garantir aux vieux goinfres qu'ils toucheront le fruit de la traite, que d'augmenter la population.

Au forceps s'il le faut.

Car bien évidemment, par une réaction très naturelle, alors que la France fait de la "croissance" par la multiplication des bactéries dans la boîte de pétris, les jeunes déjà présents, avec des salaires trop chiches, un logement trop cher, et obligés d'avoir deux salaires, réagissent pour essayer de garder la tête hors de l'eau, en faisant moins d'enfants.

Et avec 10% de chômage, il ne viendrait jamais à l'idée de ces tartufes que la priorité c'est de faire coïncider la demande et l'offre. Non, non ! La solution, c'est de faire venir via l'immigration toujours plus de jeunes à traire...

Car l'immigration est une politique de droite ! Elle donne toujours plus de pouvoir à la rente et au capital sur le travail. Par la multiplication de la population, elle fait mécaniquement monter les patrimoines des plus vieux, sans qu'ils n'aient rien à faire, par la rareté toujours plus grande de leurs actifs. En donnant du pouvoir à la rente sur le travail, c'est la première promesse de la gauche qui est bafouée. L'autre promesse de la gauche, c'est d'améliorer les conditions de vie des gens : or la croissance des habitants sans croissance par habitant, ne donne pas plus de revenus aux gens (si ce n'est aux vieux rentiers bien entendu), et n'a pas d'autre effet que de les serrer toujours plus.

Comment la gauche a t'elle pu se faire attraper dans cette escroquerie ? C'est pas compliqué. Un mélange d'internationalisme assumé, un productivisme à la "croissez multipliez" qui effectivement, tant que les ressources n'étaient pas un facteur limitant, a fonctionné, et surtout, l'argument tout le temps mis en avant, consistant à attraper la gauche en lui faisant croire que tout ça, c'est une-politique-qu'elle-est-généreuse au nom du zumanisme zuniversel.

Sauf que voila... Là encore, cet argument humaniste est une escroquerie. Regardez cette carte du taux de fécondité au niveau mondial :


L'Afrique noire se coltine des taux de fécondité qui explosent les 5 enfants par femme, et sa population de 300 millions d'habitants va doubler en 20 à 30 ans... Et ils n'arrivent déjà pas à nourrir les 300 millions d'habitants actuels. Avec le peak everything, si ça reste en l'état, ça ne va pas s'arranger. Alors c'est quoi la grande idée zumaniste derrière tout ça ? On fait venir 300 millions d'habitants chez nous ? Ou alors, on organise la grande loterie de la zumanité zuniverselle où 1 sur 30 gagnera l'insigne honneur de venir torcher le cul de nos vieux et les 29 autres resteront là bas à crever de faim ? Vous le sentez bien l'universalisme là ? C'est grotesque   

Vous voulez aider l'Afrique, faites en sorte qu'elle se développe, et que se mettent en place des régimes politiques modernes, œuvrant pour le développement, l'éducation, la baisse du chômage, et surtout la baisse de la fécondité...

Comme ça par exemple :
Un grand jour pour l'Afrique
France Inter - Géopolitique, Bernard Guetta, 12/04/2011 (en Français texte en français )
→ lien
« C’est un grand jour pour l’Afrique », allait-il répétant à ses interlocuteurs et ce n’est pas faux. La reddition de Laurent Gbagbo et le fait, surtout, qu’il n’ait pas trouvé la mort dans ce bras de fer et soit désormais sous la protection de l’Onu dans l’attente d’un éventuel procès fait non seulement triompher le droit dans un pays africain mais vient aussi sonner comme un avertissement pour tous les autres dirigeants du continent qui s’accrochent au pouvoir par la terreur, la fraude électorale ou les deux.

Tout reste maintenant à faire en Côte-d’Ivoire. Il faut y rebâtir une économie largement détruite, réconcilier deux camps, réunifier le Nord et le Sud, construire un État impartial et ne pas oublier, c’est capital pour la suite, que les crimes de guerre commis n’ont pas tous été le fait des partisans de Laurent Gbagbo, que ceux d’Alassane Ouattara en ont également perpétrés et d’abominables et que tous doivent être établis et jugés avant que la sagesse ne commande une amnistie générale qui seule pourrait tourner cette page.

Quelles que soient les difficultés à venir, c’est un résultat qui compte et auquel la France peut se targuer d’avoir largement contribué. En ce sens, c’est non seulement un grand jour pour l’Afrique

Tu m'étonnes que c'est un grand jour ! J'espère que ce Ouattara sera à la hauteur des attentes placées en lui et qu'il s'avèrera être un homme d’État pour son pays.

Mais je ne doute pas qu'à l'extrême gauche, toute la tartuferie zumaniste a dû s'indigner au néo colonialisme    Ha ça, le riche croulantocrate de gôche, il aime beaucoup s'indigner... Il en écrit même des livres...

Car c'est de développement dont l'Afrique a besoin, pas d'émigration   

Mais non... Les croulantocrates keynésiens ont décrété qu'il ne pouvait pas en être ainsi. Et puis merde quoi ! La déflâtion-c'est-le-mâââl... Et les jeunes européens devront souffrir de force d'être confrontés à un environnement toujours plus hostile.

Sauf que voila, dans un monde où la contrainte, ce ne sont plus les hommes mais les ressources, à augmenter la population, tout ce qu'ils obtiendront désormais, c'est toujours plus de pauvres et de chômage... Combien de temps avant qu'ils arrivent à comprendre ça ces experts au cerveau fossilisé dans les années 70 ?

«Le super à 2 € le litre est inéluctable» pour le PDG de Total
Le Parisien, Erwan Benezet, 12/04/2011 (en Français texte en français )
→ lien
Les principaux acteurs de la filière pétrolière, dont le groupe Total, étaient convoqués hier à Bercy par la ministre de l’Economie, Christine Lagarde, le ministre de l’Energie, Eric Besson, et le secrétaire d’Etat au Commerce, Frédéric Lefebvre, pour faire le point sur la situation des marchés du pétrole, et la hausse des prix à la pompe.

Il leur a été demandé de contribuer au financement de la mesure destinée à compenser en partie la flambée des prix de l’essence.

Le super à 2 € le litre est donc inéluctable?
Cela ne fait aucun doute.
La vraie question, c’est quand ? Il faut espérer que cela n’arrive pas trop vite, sinon les conséquences seront dramatiques.

Et voila... Nos "élites" sont confrontées au formidable résultat de la croissance des habitants, et non de la croissance par habitant... Ils voulaient de la croissance par la quantité et non par la qualité ? Magnifique. Ô bonheur joie joie ! Les peuples en liesse chantent les louanges de leurs élites éclairées !    Leur politique de multiplication des bactéries tourne tellement à la cata qu'ils en arrivent à restaurer le contrôle des prix   

Ou regardez sur cette carte la montée des flux vers l'Inde, la Chine et l'Asie en général :
Les Routes du pétrole
Le blog à Lupus, 12/04/2011 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien


Et donc, je vous mets ici deux podcasts de nos deux ouineurs du jour catégorie pensée autorisée, sur BFM, la radio des riches.

Du coup, tout y passe pour justifier la politique d'immigration qui fait augmenter la population :
  les locaux ne veulent pas faire les sales boulots.
Oui et bien ça, il va falloir que ça change en effet. Et surement d'ailleurs que dans un marché du travail plus tendu, sans l'immigration pour venir trahir les actifs sans qualification (qui abandonnés, se reportent d'ailleurs massivement sur le FN), le rapport de force offre/demande s'en trouvera plus à l'avantage des travailleurs et que les salaires de ces emplois ingrats augmenteront.

  comment on va payer les retraites ?
Ben on les payera pas ! Ou en tous cas pas au niveau promis. Et les vieux vont être priés de retrouver un niveau de vie en adéquation avec celui de ceux qui les entretiennent.

  l'Allemagne va avoir de gros problèmes
Mais non... L'Allemagne va juste demander aux vieux qu'ils retouchent le sol. Et les jeunes y vivront bien mieux qu'en France.

Déjà aujourd'hui, avec la déflation assumée et une politique de croissance par habitant et non de croissance des habitants, le prix de l'immobilier est beaucoup plus faible qu'en France, on a un rapport de force qui profite de plus en plus au travail, et les jeunes allemands vivent bien mieux qu'en France.

Et le plus drôle dans l'histoire, c'est que si l'Allemagne a vraiment besoin d'immigration, elle n'aura qu'à faire venir les jeunes français qualifiés qui se font dépouiller chez nous   Ça devrait plus tarder maintenant   

  c'est une grande politique zumaniste de gôche
cf plus haut

  ça fait de la croissance
cf plus haut

Donc on a notre premier candidat, Olivier Pastré, que vous pouvez voir chaque semaine sur i-tele aux Clés de l'éco, ou encore écouter chaque semaine avec sa bande de vaticinateurs kéynésiens autorisés à l'Economie en Questions sur France Culture... C'est à 13mn25 :
Olivier Pastré - Professeur d'économie à Paris VIII
BFM Business, 07/04/2011 (en Français texte en français )
→ lien 
Je vous laisse apprécier toute la sémillante jeunesse qui émane de notre lumineux croulantocrate autorisé...





Et cerise sur le gâteau, notre deuxième candidat, et que l'on voit entre autres régulièrement à C dans l'air, qui, lui, enfile carrément comme un collier de perles tous les poncifs officiels sus cités :
Dominique Reynié - Directeur général de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol)
BFM Business, 12/04/2011 (en Français texte en français )
→ lien 
Vous la sentez bien l'innovation politique là ?   
Bon sinon, c'est encore poivre et sel tout ça. Surement un apprenti croulantocrate, qui débite la doctrine officielle, la seule qui permette de toutes façons d'accéder aux médias et de faire carrière.



Devant ce tel aveuglement de nos "élites", vraiment mais vraiment faillies pour le coup, tant elles sont fossilisées et infoutues de changer de logiciel, pas étonnant que le FN cartonne...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)