samedi 16 avril 2011

Influence du ponzi démographique sur le niveau d'éducation

J'écrivais ici que :
Mais ce qui est rare étant cher, clairement, dans le deuxième cas, la population, faisant peu d'enfants, est encline à s'investir au maximum dans chacun d'entre eux, et en arrive tout naturellement à faire de la croissance par habitant...

Et bon, c'est bien beau d'affirmer, mais je me suis demandé si c'était vrai.

Du coup, j'ai pris le résultat de l'étude Pisa dont j'ai extrait les pays d'Europe. Et via le site de l'université de Sherbrooke, j'ai récupéré 4 statistiques démographiques pour chaque pays :
   Taux de fécondité (naissances par femme)
   Croissance annuelle de la population (en % de la population totale)
   Population (0-14 ans) (% de la population totale)
   Personnes nées à l'extérieur du pays (en % de la population totale)

Je fais un nuage de point avec en ordonnée la note Pisa et en abscisse un des 4 indicateurs démographiques sus-cités.

Voila ce que j'obtiens :

  Données source : → lien

J'ai fait deux sélections, une avec les pays d'Europe occidentale, et l'autre avec les pays AAA d'Europe, bien que le AAA français et anglais fassent doucement rigoler. Il s'agit donc d'une sélection de pays qui sont sensés avoir pigé quelque chose aux principes de base de la finance, de la dette et du capitalisme, condition nécessaire mais pas suffisante pour être un pays riche dans le monde de demain.

J'ai fait ça sans a priori de ce que j'allais trouver, par curiosité, pour voir si j'écrivais de grosses conneries...

   Pour l'Europe occidentale :

Le seul indicateur avec une corrélation négative, c'est celui des "Personnes nées à l'extérieur du pays (en % de la population totale)", mais avec un écart type important et une pente négative très faible. Tous les autres indicateurs sont positifs. En gros, statistiquement, sur l'Europe occidentale, plus le taux de fécondité augmente, plus la croissance annuelle de la population augmente, et plus la proportion des jeunes est importante, plus le niveau d'éducation s'améliore.

   Sur l'Europe des AAA :


Là, ça change pas mal. Le taux de fécondité continue d'avoir une influence positive bien que très faible. La croissance de la population a une influence négative bien que très faible. La part de la population de jeunes dans la population totale devient neutre. La proportion de personnes nées à l'extérieur du pays a un effet beaucoup plus négatif.

Notez que tout ça, c'est fait avec des chiffres de 2007, avant que les prix des matières premières ne commencent à exploser pour de bon... C'était le modèle d'avant, où les ressources n'étaient pas une contrainte.

On va voir comment tout ça va évoluer dans le temps avec le Peak Everything. Faudrait refaire les mêmes graphiques dans 20 ans... J'essaierai de m'en rappeler   

Surtout, ce qui serait intéressant, ce serait de suivre l'évolution dans le temps...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)