vendredi 25 février 2011

Sur la planche à billets US, l'inflation et les global imbalancies

Petite explication sur ce qu'il se passe aux USA d'un point de vue monétaire.

Tout d'abord, quelques graphiques :

Le M2 aux USA :


On voit que si ça repart à la hausse, ce n'est pas la boucherie inflationniste qu'on nous annonce partout.

Et si le M2 remonte, le M3 (recomposé), lui, est toujours dans les choux :


En fait, ce qu'il se passe aux USA est relativement simple. Il faut comprendre qu'il y a deux formes de monnaie en circulation :
  la monnaie dette (la monnaie crédit, héritée des reconnaissances de dette payables au porteur),
  la fiat monnaie (en gros, le bilan de la banque centrale et surtout la dette publique au bilan de celle ci).

Le dernier bilan de la FED :


Aujourd'hui, l'essentiel de la monnaie est de la monnaie crédit, à 95%. En fait, la FED essaie de stabiliser cette quantité de monnaie. Or la déflation naturelle qui devrait s'imposer tend à faire baisser cette quantité de crédit. Ce que fait la FED, c'est donc de compenser la diminution naturelle de cette monnaie crédit, par l'augmentation de la fiat monnaie.

C'est ce que j'essaie d'expliquer sur ce graphe ci :


Aindi, la part de la fiat monnaie dans la monnaie totale augmente.

Sachant que la FED rend à l'Etat, les intérêts qu'elle perçoit sur cette dette à son bilan, je m'étais amusé à essayer d'imaginer quel serait la conclusion d'une telle politique.

J'avoue ne pas encore bien appréhender la conclusion logique de ce remplacement de la monnaie crédit adossée à la dette de quelqu'un, par de la fiat monnaie. En tous cas, une chose est sûre, c'est que la richesse réelle qui est gagée par la monnaie en circulation est toujours la même, c'est à dire très largement sur évaluée, au taux de change actuel. Et c'est ce pour quoi la monnaie crédit avait commencé à fondre dans la déflation, que les fausses créances s'évaporaient, et que la monnaie tentait de se remettre en ligne avec la richesse réelle.

Maintenant... la monnaie crédit est une monnaie avec un élastique attaché dessus qui en limite l'aspect inflationniste. La fiat monnaie elle n'a aucune retenue. Et quand l'inflation de la monnaie crédit fait plutôt gonfler les actifs, celle de fiat monnaie fait plutôt gonfler le coût de la vie, si celle ci n'est pas stérilisée.

Ainsi, avec la baisse du crédit, on voit une gamelle des prix de l'immobilier aux USA et des actifs fortement dépendants du crédit, alors que la monnaie crédit continue de chuter.


Maintenant, reste la question de savoir où cette fiat monnaie qui remplace la monnaie crédit se dirige. Naturellement, il y a les matières premières ou les actions. Mais j'ai plutôt dans l'idée qu'elle sert en fait :
   d'un côté, surtout à faire tenir debout les bilans des banques, à compenser les pertes à gros bouillons,
   et de l'autre, à payer pour le déficit commercial US. Et cette monnaie va s'accumuler dans les réserves des banques centrales des pays excédentaires.

Ainsi, le premier point n'est pas inflationniste. Ça empêche juste la déflation par la dette, façon 29, avec faillites bancaires et tout et tout.

Et c'est là que je vois le plus gros problème dans cette politique de la FED, alors que cette fiat monnaie gratuite sert en grande partie à recaver les banksters, à les maintenir en place, à sauver leurs bilans, et à les empêcher de faire faillite, et à leur permettre de continuer à goinfrer.

Et le deuxième non plus n'est pas directement inflationniste, alors que ces dollars sont stérilisés dans les réserves de change. En revanche, si (quand) tout ceci finissait par être dégazé, si (quand) le dollar perdait son statut de monnaie de réserve, là, ça risque de devenir rigolo...

Et ainsi, j'imagine que l'aspect inflationniste sur les matières premières ne se fait pas majoritairement directement via la spéculation comme tout le monde le suppose, mais se fait plutôt via le déficit commercial et l'intermédiaire des émergents, qui en trouvant des débouchés artificiels pour ce qu'ils produisent, continuent de croître à 10% l'an, et ce faisant, demandent de plus en plus de ressources.

Enfin, en même temps que la "planche à billets" de la FED, il y a aussi la politique du ZIRP, des taux directeurs à 0%. Cette politique d'argent occidental gratuit permet d'alimenter le carry trade, qui va s'investir massivement chez les émergents, avec le double effet d'une hausse de la devise (vu qu'elle est très demandée par l'effet même du carry trade) et des actifs (avec l'afflux de la hot monnaie). Et là encore, l'inflation se fait par l'intermédiaire des émergents. Mais le carry trade est une boucle de rétroaction positive, un souffleur de bulles, et ça mène généralement à des explosions du style de la crise asiatique de 1997 quand tout se retourne et que les deux effets cumulés s'inversent et que tous les criquets pélerins essaient de sortir en même temps. Et chat échaudé craignant l'eau froide, on comprend que ces pays là essaient de s'en protéger au maximum. Surtout que ce faisant, l'occident arrive à récupérer gratuitement, le tout avec de l'argent gratuit, une partie de la richesse créée là bas, ce qui ne va pas être longtemps du goût des élites locales.

Dans le procédé, le MV des émergents dans le MV global augmente. Même si avec la bulle qui monte chez eux, là dedans il y a une bonne part de mauvaises dettes en attente de faire pschiit (car si il y a une vrais dymanique de croissance saine chez les émergents, j'ai du mal à imaginer qu'elle puisse être réellement de 10% l'an comme on nous l'annonce)... Mais tant que la bulle monte, que cette dette semble solvable, et que la mer est haute et qu'on ne voie pas qui est à poil, cette mauvaise dette est bien de la vraie monnaie (en attente d'être détruite mais pour l'instant elle est bel et bien là)...

Ainsi, l'inflation, ce n'est pas aux USA qu'elle se trouve, mais en Chine, en Inde, au Brésil...

  M2 chinois, avec un doublement tous les 2 ans :


Ainsi cette hausse du MV des émergents quand le MV de l'occident reste stable, fait que la part du MV de l'occident dans le MV global diminue. Et ainsi, le pourcentage des ressources qui revient à l'occident diminue aussi. D'où en occident, une core inflation nulle, une inflation importée importante, et des salaires qui ne suivront pas...

Enfin, comme je le mets plus haut : "au taux de change actuel"... D'où la tentation d'essayer de refiler au monde des accords du Plaza 2.0 pour que les USA dévaluent leur dollar, et reprennent ainsi une partie de leurs réserves de change à tous les pays exportateurs qui ont été payés en faux billets. Même si dans une régime de taux de change flottants, j'aimerais qu'on m'explique comment c'est possible, à part à ce que les USA fassent littéralement exploser le bilan de la FED sans que les autres ne cherchent à suivre. Cf ici et ici... Avec le risque de fusiller ainsi l'aspect de monnaie de réserve du dollar... Mais tant que ces pays auront besoin des USA pour exporter leur production, ils se feront payer avec ce que les USA voudront bien leur donner.

En fait tout ce système ubuesque et faussement impérial (car le tribut est perçu par l'endettement de l'empire), tient aussi en grande partie grâce à la connerie des élites kleptocrates chez les émergents, et qui feraient passer le monde à la Dickens pour un parc d'attractions. Le jour où ils comprendront, comme ça commence à être le cas en Chine, qu'il leur faut une demande intérieure pour se passer des débouchés occidentaux, de leurs déficits commerciaux et de leurs réserves de change, là, ça va être la fin de partie pour l'occident tel qu'il vit aujourd'hui...

Et quand on vous explique à la télé que c'est une super nouvelle pour l'occident que les salaires des chinois augmentent, c'est vrai. C'est une super nouvelle à terme pour la justice, la méritocratie, la stabilité et l'avenir de la planète. Mais c'en est une très mauvaise pour votre pouvoir d'achat très largement artificiel...

1 commentaire:

  1. Chère Madame, ou Cher Monsieur,
    Merci vraiment, de ce perspicace exposé. Mais maintenant que la croissance des émergeants est ralentie, que devient l'effet inflation par les matières premières?. De plus dans la mesure où la production industrielle est délocalisée, l'inflation par les salaires n'a pas lieu. Qu'en pensez vous ?
    Bien à vous
    Marc Régimbeau

    RépondreSupprimer

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)