mardi 11 janvier 2011

Sur les affreux prôfits et les méchants actionnaires

Je rebondis sur ce post-ci sur les 43 milliards de dividendes du CAC40, et ce commentaire que l'on m'a laissé :
Il y a des partis et syndicats, plutôt à gôche et moustachiste, qui demandent à ce que les retraites soit payées en partie par une taxe sur les profits du CAC.

Quand je lis ça, il me semble vraiment essentiel de récurer un peu la merde que certains ont dans le cerveau après 30 ans de lavage de cerveau moustachiste et de la tartuferie de gôche...

Tout d'abord qu'est ce qu'un actionnaire ?

Vous avez des gars qui ont un projet et veulent créer ou développer une entreprise. Ils ont pour se faire, en gros, deux moyens de financer leur développement et leurs investissements. Soit ils empruntent à une banque, soit ils lèvent du capital. C'est à dire qu'ils vont émettre des actions, et que des gens vont leur apporter leur argent en échange de rien immédiatement, ni d'aucune garantie, si ce n'est qu'ils auront droit à une part des profits générés en proportion de la part totale du capital qu'ils détiennent.

Ainsi, les actionnaires sont les propriétaires des profits et le moyen le plus simple de valoriser une action, est ce qu'on appelle le PER, le Price Earning Ratio. C'est à dire la somme totale des profits rapportée à la capitalisation boursière (la somme totale de toutes les actions).

Ainsi, l'actionnaire est de ces acteurs qui financent réellement les entreprises et leur apporte des capitaux pour qu'elles puissent investir et se développer. Bref, ils sont extrêmement utiles à l'économie, à la croissance.

Sur les profits, ces derniers servent avant tout aux entreprises à faire de l'investissement sur fonds propres. L'idée même que le profit est un problème est une aberration moustachiste sans nom. Le profit est l'huile nécessaire au fonctionnement, au développement et à la croissance. Sans profits, plus personne n'investira et tout le monde préférera thésauriser son épargne : il n'y a aucune raison de risquer de tout perdre en échange de rien. Car le risque de perte de l'actionnaire est réel. Sans rémunération, pourquoi irait-il placer son épargne ?

Et alors que le PIB peut se décomposer, pour simplifier, en consommation tout de suite et en investissements pour l'avenir, on voit comment l'investissement (c'est à dire le capital, la richesse et la croissance future) se vautre en France, alors que tout est fait pour raser gratis aujourd'hui sans se soucier du lendemain, et pour détourner les épargnants du financement de la vraie économie, pour alimenter le Ponzi fiscal de l'État et payer les faux acquis "sociaux" à crédit des vieux goinfres...


Du coup, les assauts répétés de la tartuferie contre les profits révèlent selon moi une réalité beaucoup plus profonde, qui est la haine que portent les goinfres de la fausse gôche à l'idée même de méritocratie, et que quelqu'un qui aie une bonne idée, soi méritant et compétent, se sorte les doigts, puisse gagner plus qu'eux... Une sorte de volonté permanente d'égalisation par le bas et d'alignement sur les médiocres...

Et pour en revenir au fait que les actionnaires soient des goinfres. Revenons tout de même objectivement sur l'histoire récente...

La rémunération de l'actionnaire se décompose en deux parties : la hausse des cours (les gains en capital) et les dividendes.

Alors que le CAC est aujourd'hui à 3800, je vous laisse admirer sur ce graphe du CAC40 comment les actionnaires se sont goinfrés de gains en capital...


Ajusté de l'inflation que j'ai essayé de mettre à la louche dans la pente, on voit que la valeur du CAC est en gros la même que celle en 1998. Les actionnaires n'ont rien gagné de ce côté ci en 12 ans. 0% de rendement net d'inflation !

Et il y a bien ceux qui arrivent à surfer sur les bulles et les ponzinomics, à vendre haut et à acheter bas, mais ceux là on s'en fout, c'est du jeu à somme nulle. Ce sont juste des actionnaires qui se dépouillent entre eux.

Quand aux 40 milliards de dividendes, la capitalisation boursière du CAC est grosso modo de 1000 milliards d'euros. C'est à dire que les actionnaires vont toucher 4% de rendement. La belle affaire. Vus les risques de perte pris, je trouve pas ça cher payé...

Et donc, même si tout le fonctionnement du système de bourse et d'actions est loin d'être blanc comme neige, et que je préfère en rester éloigné, la fixette que fait la fausse gôche sur les actionnaires ne permet que de mieux cacher les vrais goinfres.

  Les assurances vie :
Aujourd'hui, on a en France 1200 milliards d'euros d'encours en assurance vie, pour l'essentiel en "euros", c'est à dire en dette publique. Encours qui rapporte généreusement 4% l'an, sans risques et "garanti". Le tout en plus, défiscalisé. Cette épargne sans risques est une fausse épargne. C'est du vent. Il n'y a aucun actif derrière. Ce sont juste les croulants qui ont refusé de payer leurs impôts en leur temps et se sont acquis en plus de ça un droit sur les impôts futurs de leurs enfants. Ils ont transformé les impôts en rente pour eux mêmes. Naturellement, la fausse gôche n'y voit aucun problème puisque cette escroquerie permet de "financer" son Ponzi d'acquis "sociaux" et de "sôlidarité", où les jeunes pauvres donnent tout leur pognon aux vieux riches.

Typiquement, histoire de bien toucher du doigt le vol caractérisé, aux dernières nouvelles, l'État s'est quand même endetté de quelque chose comme encore 10 milliards pour payer les retraites. Retraites qui sont absolument grotesques, et qui alors que les vieux ont objectivement la plus grosse capacité d'épargne au vu de leurs rentes débiles, vont être en grande partie investies dans cette dette publique, histoire d'augmenter toujours plus l'octroi que les vieux posent sur les impôts de leurs propres enfants par leur racket "social".

Et rappelons quand même que, cerise sur le gâteau, les "revenus" (le vol des recettes des impôts) que les escrocs font sur cette fausse épargne sont défiscalisés !   

  L'immobilier :
Idem, que dire du patrimoine des français quand on voit ça :


Regardez la partie "Terrains". +3000 milliards d'€ en 10 ans. 300 milliards d'€ par an. 8 fois ces dividendes record du CAC, tous les ans... Et j'aimerais qu'on m'explique concrètement quelle richesse ont donc créé ces vieux ducons qui se sont assis sur leurs mètres carrés et qui après avoir tout squatté, ont crée une pénurie artificielle de logement pour les jeunes ?

Mais là encore... Pas de problèmes... Ce ne sont pas eux les méchants... Puisqu'on vous dit que ce sont les affreux profits cracra-sâles et les actionnaires...  Et il ne viendrait à l'idée de personne dans la fausse gôche que plutôt que de faire une fixette sur les actionnaires, il faudrait baisser les retraites objectivement trop élevées, restaurer des droits de succession dès le premier euro, et massacrer d'impôts cette fausse épargne.

Bref, quand je lis ce commentaire, je me dis qu'on est encore bien loin de se débarrasser de cette fausse gôche de tartufes qui veut instaurer son pays de médiocres petits rentiers... Pays qui, vu comme il alloue son capital, finira clairement par être pauvre et sans croissance. La Bulgarie des grandes heures de l'URSS... Car alors que les vieux sont en train de détruire le capital et de cramer les meubles pour se chauffer, au nom de l'acquis "social" (car c'est vraiment ça qui se cache derrière la bulle immobilière, leurs assurances vies et la dette publique), de détruire la méritocratie et de restaurer la société de la rente et de la naissance, il est clair qu'on ne méritera pas longtemps de rester un pays riche.

Et d'ailleurs, si on continue comme ça, l'histoire va très vite s'occuper de nous...

Et enfin, pour conclure, les profits, il ne faudrait pas les taxer, il aurait fallu les acheter. Mais bon, ça aurait demandé autre chose qu'une gôche qui rase gratis ses clientèles en offrant la retraite à 60 ans à crédit. Et d'avoir à la place de ces escrocs une vraie gauche responsable, qui crée plutôt dès les années 80 un giga fond de réserves pour les retraites qu'on aurait truffé d'actions... Histoire que les sus-dits dividendes servent à payer les retraites, et que les jeunes aujourd'hui ne se retrouvent pas à payer deux fois, et les faux droits à la retraite par répartition, et les dividendes du CAC40 qui partent pour moitié à l'étranger.

Mais c'est vrai que c'est tellement plus de gôche que de s'offrir pour soi même des susucres à crédit en se disant que ses propres enfants les rembourseront...

11 commentaires:

  1. Les vieux n'auraient pas ce pouvoir de taxation sur les jeunes générations si celles-ci ne faisaient pas le calcul intéressé qu'un jour leur tour viendra.
    Voilà comment une société peut se suicider elle-même !
    Il y a là un mécanisme extrêmement pervers (merci au Nain de le dénoncer avec force !) qu'il faudrait interdire constitutionnellement, car une fois qu'on l'a mis en place il est quasiment impossible de le supprimer (à moins d'une révolution, mais le rentier a appris à se prémunir contre ces passages douloureux, désormais : il a créé le SMIC, RSA, etc). Même s'il lui en coûte, c'est pour lui un mal nécessaire qui lui garantit la stabilité de sa rente.
    Pffffff....
    La sortie du tunnel s'annonce douloureuse...

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Disco! Je vois que tu gardes la forme !!

    On te voie plus aux soirées, euh non pardon sur la bulle ^^

    ça fait comme un vide...

    En espérant t'y recroiser occasionnellement ;)

    RépondreSupprimer
  3. Ho tu sais la bulle, la tartuferie de gôche m'y fatigue...

    RépondreSupprimer
  4. Je vous remercie pour un article plus belle. L'autre endroit où tout le monde peut obtenir ce genre d'informations dans une telle approche idéale de présentation

    RépondreSupprimer
  5. Article contradictoire à mon sens avec les thèmes développés sur ton blog et la pensée de fond qui l'accompagne.
    1- En France, ceux qui peuvent investir en bourse ne sont pas les jeunes actifs, mais plutôt les mêmes qui sont capables d'acheter du Scellier...
    2- Que fais-tu Disco de la répartition des profits entre salaire (travailleurs) et capital ("investisseurs") qui ne cessent de devenir toujours moins favorable aux premiers ?
    3- Sans oublier que bon nombre d' "investisseurs" ne sont là que pour trairent au mieux (délocalisations, fusions, etc..) les entreprises et non pas pour penser au long terme...
    4- Que fais-tu des profits des entreprises qui s'envolent vers les paradis fiscaux ou qui échappent à l'Impôts...pour le plus grand bonheur des actionnaires ?
    Les actionnaires et les profits ne sont pas LE problème. Ils sont une composante DU problème puisque l'outil "bourse", l'outil "action" et l'outil "investissement" sont détournés de leur objet premier pour une traite encore plus efficace des travailleurs, des jeunes actifs; le tout aux bénéfices des rentiers et des vieux et quelques autres requins..

    Aqua.

    RépondreSupprimer
  6. Je dis pas que c'est parfait. Je dis que c'est négligeable au vu de ce que récupèrent d'autres goinfres.

    RépondreSupprimer
  7. Plus qu'une catégorie de personne, c'est l'ensemble de la société qui est pervertie.
    Tirer à boulets rouges sur quelques uns permet de masquer que la réalité est celle ci :

    Petits ou grands, jeunes ou vieux, la majorité de nos concitoyens (et des entreprises) ne veulent plus assumer leurs responsabilités (fiscales, sociales ...).

    On veut du social mais payé par les autres, on veut une part du gâteau toujours plus grande sans penser que le gâteau est "fini" et que si l'on en prends plus, un autre en aura moins ...

    La politique de division de nos élites fonctionne bien depuis des années. Tant qu'il n'y aura pas de vraie solidarité, aucun changement ne sera possible.

    Et ce n'est pas spécifique à des gens d'un certain age, TOUTE la société est comme ça...

    Parce qu'elle le vaut bien ...

    ;)

    RépondreSupprimer
  8. Désolé mais je pense comme aqua et non ce n'est pas négligeable.
    Peut-être en quantité (mais encore faudrait-il connaître les véritables ordres de grandeur incluant l'évasion fiscale) mais la symbolique et la justice sociale sont ultra importante pour avoir une chance de réformer cette société.
    Je ne compte plus le nombre de personnes qui ne croient plus en leur boulot alors même qu'ils gagnent correctement leur vie.
    Perso je crois en l'avenir des SCOP.

    Cpof

    RépondreSupprimer
  9. Oui moi aussi les SCOP je trouve ça très bien. C'est juste que les actionnaires sont les salariés. Mais ce sont quand même des actionnaires.

    RépondreSupprimer
  10. Le problème n'est pas tant le montant que la manière dont ces sommes sont acquises.

    1/ le montant des dividendes est a peu près égal aux exonérations d'impots sur le revenue et charges sociales dont bénéficie ces entreprises, + l'utilisation de paradis fiscaux.

    2/ ca favorise par tous les pores la darwinisme social : seul les plus riches et les mieux informés ont une chance de faire le plus de profit. Et si on passe par des organisme d'investissement, comme aux states on a vu ce que ça donne.
    Ca serait OK si l'état ne truqait pas le jeu et laissait les bourses tomber quand elles sont censé le faire.

    Le darwinisme social de la méritocratie ok, mais c'est une chimère, c'est l'accumulation de pouvoir/argent par la ruse qui est la loi et non le mérite entrepreneurial. Donc il faut bien avoir un contre pouvoir sinon ca serait la jungle et l'horreur pour tous. On est des humains, je vois pas pourquoi on devrait tous se battre les uns les autres en permanence. La collaboration existe aussi.

    3/ en plus des problèmes précédent la méthode pour faire du profit consiste a vendre ... de la merde, de plus en plus merdique. Une manière de faire du profit, c'est d'abaisser la qualité des produits, et d'utiliser les externalités (les coûts de recyclage et de pollution par exemple) qui seront payés par d'autres.

    RépondreSupprimer
  11. On se fait de fausses idées sur les profits des actionnaires. Landier et Thesmar ("Le grand méchant marché") expliquent que la mondialisation financière réduit la rentabilité du capital, du fait que la mondialisation financière a amplifié la concurrence. Les entreprises se financent plus facilement (le capital est bon marché) et les banques abaissent les taux d'intérêts (grâce encore une fois à la concurrence accrue des actionnaires, donc, de l'offre et de la mobilité du capital).

    Ce qui fait monter le profit des actionnaires, c'est plutôt l'inflation et les bulles.

    RépondreSupprimer

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)