vendredi 28 janvier 2011

De l'art de faire de la croissance

Comparaison entre le PIB US et le PIB par habitant US...   

Coincident Indicators vs Real GDP (1959-2011)
The Big Picture, 28/01/2011 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien


Le seul truc qui a sauvé le chiffre total jusqu'ici, c'est l'augmentation des bouches à nourir... Maintenant qu'on arrive au Peak Everything, on va voir si toute cette croissance démographique "heureuse" est une chance ou bien un boulet...

Parce que cela va sans dire, pour les crétins réjouis "progressistes", la croissance démographique, c'est le dogme absolu et Malthus n'est forcément qu'un affreux salaud qui a tort sur tout   Comme si être de plus en plus serrés sur la planète était un but en soi. Et encore plus un "progrès".

Et les progressistes de gôche de s'horrifier par exemple de la démographie du Japon, alors qu'ils sont toujours 127 millions sur les deux tiers de la France, dont la plupart montagneux...    Ils sont sensés aller jusqu'où comme ça ? 300, 500 millions ? C'est quoi la limite au "progrès" ?

Ces idiots ne se sont jamais questionné une seconde sur le progrès qu'apporte réellement d'être plus nombreux ? Ils récitent ça comme une litanie. "Croissez, multipliez"... Ils n'ont jamais juste pensé qu'ils étaient les crétins utiles d'un système monétaire et politique qui avait besoin de cette croissance/inflation de la population pour que les mauvaises dettes et les fausses promesses passées (retraites en tête) puissent être quand même remboursées et payées sans douleur ?

Aujourd'hui, l'humanité change de régime. Et les faillis essaient de résister autant que possible à la fin de la croissance facile par la seule augmentation de la population. Surtout que maintenant que les ressources vont être rares et vont devenir LE facteur limitant (et non plus les hommes et le travail), la croissance de la population n'entrainera plus de croissance du PIB mais juste un appauvrissement de chaque habitant.

J'imagine que les faillis vont essayer de refuser jusqu'au bout du bout le fait que le monde rentre dans un nouveau régime. C'est que, excusez du peu, c'est ni plus ni moins que les fausses promesses de grasses retraites et les patrimoines bidons des croulants qui sont en jeu, tout de même... Alors ça va résister à la déflation. Est-ce qu'ils iront jusqu'à l'explosion ? L'avenir le dira.

La vraie solution : la déflation des goinfres, le retour aux bases des Lumières, du capitalisme et de la méritocratie, savamment enterrées en 30 ans de récurage de cerveau et de pillage de la génération faillie. La retraite en bon ordre tout de suite, sur une ligne de front tenable, pour éviter la déroute finale de la faillite généralisée plus tard.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)