dimanche 14 mars 2010

Visualisation du déficit américain et des coupes annoncées dans le déficit

Obama's Backbone Like Over-Cooked Spaghetti; So Where Are The Fiscal Conservatives?
Mish's Global Economic Trend Analysis, Mike Shedlock, 14/03/2010 (traduire en Français texte en anglais )
http://globaleconomicanalysis.blogspot.com/2010/03/obamas-backbone-like-over-cooked_14.html
Annonce de coupe de 17 milliards dans le budget :


Obama a annoncé qu'ils allaient réduire le déficit de 100 millions de $ :


Visualisation du gel du budget annoncé :


En fait, ils se lancent dans la solution à la japonaise, où l'État s'endette pour compenser le désendettement du privé, afin de maintenir le PIB et d'éviter la déflation à la 1929. Sauf que là, ils ne peuvent pas compter sur l'épargne de leurs citoyens pour se financer et doivent emprunter sur les marchés. Il faut donc convaincre que l'État fait des efforts pour assainir ses finances à grands renforts d'effets de manche, pour maintenir les taux le plus bas possible, alors qu'ils ont clairement la stratégie opposée   



Naturellement, tout le monde a peur que ça dérive en giga inflation, mais si l'endettement du public compense à peine le désendettement du privé, il n'y a pas d'inflation à attendre de ce côté là...


C'est tout de même une voie extrêmement dangereuse, même si je n'en vois pas vraiment de moins pire. Car si c'est mal dosé, ou si la demande de crédit ou la vélocité de la monnaie venait à reprendre, ça pourrait mettre le feu aux poudres de l'inflation... Et avec tout de même, surtout, au bout de la route, la seule perspective, l'impasse qui attend le Japon, d'une dette publique gigantesque et dont les intérêts explosent, juste pour maintenir le niveau de dette et donc de monnaie de l'économie.

Ce que je trouve ridicule dans cette affaire, c'est que l'État doive payer des intérêts à la rente et aux banquiers, juste pour pouvoir maintenir la quantité de monnaie en circulation... C'est vraiment un système monétaire esclavagiste, et qui a d'ailleurs été conçu dans ce but. Car il suffirait à l'État d' "imprimer" de la fiat monnaie (et pas de la dette) et de payer ses dépenses avec, sans que ce soit pour autant considéré comme de la dette, ni que ça fasse monter les déficits. Ou alors à la rigueur, en faisant de la dette sans intérêts...

C'était le système tel qu'il fonctionnait jusque dans les années 70, avant qu'une vague de banquiers, ayant pris le pouvoir partout dans le monde, décident que désormais, les États devraient payer des intérêts sur la monnaie qu'ils mettent en circulation...

Sur l'ordonnance de 1973 qui interdit à l'État d'emprunter directement à la banque centrale et de créer de la monnaie sans intérêts, véritable loi à l'origine de la dette publique odieuse, on notera que cette loi a été passée en France, par Georges Pompidou, un président banquier, "ancien directeur général de la Banque Rothschild"...   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)