samedi 27 mars 2010

Suivi de la Net Short position sur l'euro

 Post précédent


CFTC Reports New Net Speculative Euro And Cable Record Shorts
ZeroHedge, 27/03/2010 (traduire en Français texte en anglais )
http://www.zerohedge.com/article/cftc-reports-new-net-speculative-euro-and-cable-record-shorts


La net short position sur l'euro a fortement réaugmenté après l'accalmie temporaire de la semaine dernière et bat un nouveau recors absolu (à -74,9).

L'euro va surement continuer à se vautrer. C'est plutôt bon pour nos exportations ça (enfin... si l'euro ne finit pas par exploser)...

Et voilà ce qu'on peut voir à la télé US sur le sujet. C'est la grande bataille de propagande entre Europe et USA là (cf la chronique de Fiorentino). Heureusement qu'on est sensés être alliés. Qu'est ce que ça serait sinon ?

Du concentré de guerre économique totale :


ECU Group's Philip Manduca "We Are At A Tipping Point" And The Only Thing That May Save The Euro Is A Collapse Of The US
CNBC via ZeroHedge, 25/03/2010 (traduire en Français texte en anglais )
http://www.zerohedge.com/article/ecu-groups-philip-manduca-we-are-tipping-point-and-only-thing-may-save-euro-collapse-us



"Trichet said the Greeks are crooks, and they've been lying about the numbers. There is a deeply embedded corruption within the Eurozone. Combined with the endemic European socialism and there is just no way you are going to get spending cuts and tax raises and maintain a GDP that makes any sense of the percentage aspect of debt to GDP. So the whole show is wrong. This is an intractable situation, this is going to continue on and on. The only hope for the Eurozone, and the Euro as a currency, is that sameone takes the spotlight soon, and that may be the United States."

Et chez les anglo saxons, ils sont de plus en plus nombreux à parler ouvertement d'un effondrement pur et simple de la zone euro.

Sur BFM Radio, dans les experts du 24 et du 25 mars, Jean Pierre Petit ou François Langlais de La Tribune, en expliquaient très bien les raisons.

Sans système de péréquation, ni de gouvernement économique, les pays déficitaires ayant un besoin impérieux de dévaluer, et qui se font imposer la déflation par l'Allemagne, vont finir par vouloir sortir. Et surtout, après la Grèce, on voit déjà venir l'Espagne... Et là, ce n'est déjà plus le même morceau...

Je ne juge personne dans l'affaire. Car si l'Allemagne a ses torts, c'est quand même difficile de lui reprocher de bien gérer ses comptes. Chacun fait ce qu'il sait faire en fait. Les fourmis foumitent et les cigales cigalent. Et le problème, ce ne sont pas les allemands ou les grecs, c'est d'avoir voulu donner à des peuples si différents une même monnaie. Cet euro n'aurait jamais dû voir le jour...

A suivre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)