jeudi 4 mars 2010

Stratégie du choc (3)

 Post précédent
Post suivant 


Une émission de France Inter, sur l'Islande, que vous pouvez écouter en podcast...

Faillite bancaire : référendum en Islande + Sandro Veronesi
France Inter, et Pourtant Elle Tourne, 03/03/2010 (en Français texte en français )
http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/etpourtantelletourne/index.php?id=88932


Entre autres :
   entreprises pillées et détruites,
   chômage qui passe de 1% à 10%,
   prêts en devises étrangères fortes (yen, franc suisse, livre, dollar, euro) dont le principal libellé en couronnes a doublé,
   10% de la population sur endettée qui n'arrive plus à rembourser ses dettes,
   5000 départs nets du pays rien que l'an dernier (pour un population totale de 300 000),
   politiciens totalement corrompus qui sont tous frères/pères des financiers mafieux qui ont ruiné le pays...

L'émission s'ouvre sur le referendum de ce samedi pour savoir si les islandais vont rembourser "leur" (sic) dette. Alors tout d'abord, ce n'est pas "leur" dette. C'est la dette d'une banque privée, qui a été transférée de manière odieuse sur le dos des islandais.

Et sans surprise, le "non" est annoncé à 75%. Je serais curieux quand même de savoir qui sont les 25% restants  

On y apprend aussi que les anglais (avec les hollandais) exigent des serfs islandais qu'ils remboursent intégralement les pertes de ces financiers, et que dans le même temps, ces mêmes financiers ont fui leur pays avec la caisse, et ont été accueillis à bras ouverts à Londres...  

Un avant goût de ce qui vous attend : l'Islande, laboratoire à petite échelle de la transformation des riches pays d'occident en États faillis du Tiers Monde...

Et histoire de finir de vous écœurer :

L'Islande face à un scandale bancaire de plusieurs milliards d'euros
Le Monde, 04/08/2009 (en Français texte en français )
http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2009/08/04/l-islande-face-a-un-scandale-bancaire-de-plusieurs-milliards-d-euros_1225749_1101386.html
Il n'était bien entendu pas prévu que l'affaire soit rendue publique. En pleine période de crise, les Islandais apprennent que, deux semaines avant de faire faillite, la plus grosse banque de leur pays a prêté des sommes allant de 45 millions à 1,4 milliard d'euros… à ses principaux actionnaires.

Des noms reviennent régulièrement au fil des 210 pages. Par exemple les frères Ágúst et Lýður Guðmundsson, qui dirigent le groupe Exista, le plus gros actionnaire de la banque. Exista possède 99 % du groupe Skipti, également actionnaire de Kaupthing Bank. Exista a reçu un prêt de 1,42 milliard d'euros, Skipti, de 320 millions d'euros.

Robert Tchenguiz est directeur du groupe Exista. Il a reçu personnellement un prêt d'un peu plus d'un milliard d'euros. Son frère, Vincent, a, lui, reçu 200 millions d'euros en prêt. Ólafur Ólafsson, un autre homme d'affaires, a emprunté personnellement 48 millions d'euros. Mais il est également président du conseil administratif de la holding Alfesca, qui a reçu près de 150 millions d'euros en prêt. En tout, selon l'hebdomadaire islandais Visir, son emprunt s'élèverait à 700 millions d'euros. Des emprunts massifs, consentis à des initiés à un moment où les dirigeants de la banque savaient que l'entreprise était au plus bas, et accordés sans aucune garantie.

Quant à l'homme d'affaires Skuli Thorvaldsson, il a, lui, reçu 650 millions d'euros. En outre, il est le plus gros emprunteur de KBLux (filiale luxembourgeoise de la banque islandaise et non de la Kredietbank belge comme nous l'avons écrit par erreur).

Voila voila, vous pouvez retourner à vos occupations normales de récurés du cerveau, à savoir qui est le favori du match Lens Gueugnon de ce soir, ou si la technique de manucure du 100% mag d'hier vaut le coup.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)