mercredi 3 mars 2010

Stratégie du choc (2)

 Post précédent
Post suivant 


Un petit avant goût de ce que vos élites ploutocrates "élues" sont en train de vous cuisiner...

Déjà, il faut bien comprendre que ces élites occidentales ne peuvent plus imposer leur pillage au reste du monde, qui a coupé les ponts et s'est constitué des réserves de change, de sorte de ne plus avoir recours à l' "aide" du FMI :


Eloge du diable !
MoneyWeek, Cécile Chevré, 03/03/2010 (en Français texte en français )
http://www.moneyweek.fr/20100321707/conseils/economies/chili-cuivre-deficit/
Avec les bénéfices engrangés grâce au cuivre (le pays est le premier producteur au monde de métal rouge), les Chiliens ont constitué un bas de laine qui est aujourd’hui bien garni, comme l’explique La Tribune : “Santiago a en effet depuis plusieurs années ouvert un fonds ‘pour les mauvais jours’, abondé en fonction de l’évolution du prix du cuivre et des performances de l’économie, et qui contient actuellement environ 13 milliards de dollars”.

Les Chiliens avaient déjà – mais modérément – puisé dans leur réserve pour faire face à la crise des subprime mais aujourd’hui, il va surtout servir à reconstruire le pays après le tremblement de terre qui a fait plus de 700 victimes et de 15 à 30 milliards de dollars de destructions samedi dernier.

Compagnies minières nationalisées, constitution de réserves de change...

Ces pays ont très bien compris la théorie de Naomie Klein vu qu'ils l'ont expérimentée. Et ils sont désormais capables de résister aux chocs.

Pourquoi croyez vous que la Chine s'est constituée pour 2 000 milliards de $ de réserves de change ? Pour faire joli ? L'Asie a bien vu en quoi consiste l'aide occidentale dans les années 90...


Camdessus vient proposer son aide

Du coup, n'ayant plus personne d'autre que vous à piller, vos dirigeants "élus" vont se retourner contre vous... Et voici un petit avant goût de ce qui vous attend.

Bienvenue à vous dans leur monde :

Amérique latine : le néolibéralisme à l'oeuvre
Alternatives Economiques, 03/03/2010 (en Français texte en français )
http://www.alternatives-economiques.fr/amerique-latine---le-neoliberalisme-a-l-oeuvre_fr_art_289_48442.html#
Le Bureau international du travail (BIT) dresse le bilan des politiques néolibérales mises en place en Amérique latine sous l'impulsion du Fonds monétaire international (FMI) depuis la crise de la dette, au début des années 1980 (1). Et le bilan est peu reluisant: la flexibilité du marché du travail, la réforme des retraites et la réduction de la protection sociale, appliquées de manière drastique dans les six principaux pays, n'ont guère stimulé l'emploi. En revanche, les inégalités se sont accentuées, le travail informel a progressé et les salaires ont régressé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)