lundi 15 mars 2010

La Chine au bal des faux culs et de la schizophrénie (3)

 Post précédent
Post suivant 


Halalala que dire. Du grand Ambrose... Impeccable... Une épure   

En une page, il dit tout...

A lire et à comprendre absolument.

Is China's Politburo spoiling for a showdown with America?
Telegraph, Ambrose Evans Pritchard, 14/03/2010 (traduire en Français texte en anglais )
http://www.telegraph.co.uk/finance/comment/ambroseevans_pritchard/7442926/Is-Chinas-Politburo-spoiling-for-a-showdown-with-America.html
C'est dur d'en extraire des passages, mais je vais quand même essayer.

China has succumbed to hubris. It has mistaken the soft diplomacy of Barack Obama for weakness, mistaken the US credit crisis for decline, and mistaken its own mercantilist bubble for ascendancy. There are echoes of Anglo-German spats before the First World War, when Wilhelmine Berlin so badly misjudged the strategic balance of power and over-played its hand.

Is the Politiburo smoking weed?
  

I let others discuss the rights and wrongs of this, itself a response to the US report card on China. Clearly, Beijing is in denial about is own part in the global imbalances behind the credit crisis, specifically by running structural trade surpluses, and driving down long rates through dollar and euro bond purchases. No doubt the West has made a hash of things, but the Chinese view of events is twisted to the point of delusional.

We have talked ourselves into believing that China is already a hyper-power. It may become one: it is not one yet.

Emerging Asia, Brazil, Egypt and Europe are all irked by China's yuan-rigged export dumping.

Michael Pettis from Beijing University argues that China's reserves of $2.4 trillion - arguably $3 trillion - are a sign of weakness, not strength. Only twice before in modern history has a country amassed such a stash equal to 5pc-6pc of global GDP: the US in the 1920s, and Japan in the 1980s. Each time preceeded depression.

Washington can pull the plug on China's export economy instantly by shutting markets. Who holds whom to ransom?

Any attempt to retaliate by triggering a US bond crisis would rebound against China, and could be stopped - in extremis - by capital controls. Roosevelt changed the rules in 1933. Such things happen. The China-US relationship is no doubt symbiotic, but a clash would not be "mutual assured destruction", as often claimed. Washington would win.

Contrary to myth, the slide to protectionism after the 1930 Smoot-Hawley Tariff Act did not cause the Depression. Trade contracted more slowly in the 1930s than this time. The Smoot-Hawley lesson is that tariffs have asymmetrical effects. They devastate surplus countries: then America.
Dessertine, si tu nous lis   

Barack Obama has never exalted free trade. This orthodoxy is, in any case, under threat in the West. His top economic adviser Larry Summers let drop in Davos that free-trade arguments no longer hold when dealing with "mercantilist" powers.

On sent monter la révolte des pays consommateurs contre les passagers clandestins de la mondialisation. L'Allemagne et la Chine sont clairement dans la ligne de mire. Et n'est pas puissant celui qui croit. Car il est peut bien plus difficile de faire une société de consommateurs pérenne qu'une société de producteurs pérenne.

Une société capable de consommer, c'est une alchimie compliquée de confiance, de welfare state, de sécurité, d'État de droit, et bien d'autres paramètres avancés et complexes de vie en société, qui mettent du temps à s'installer...

Et ce n'est pas avec des armées d'esclaves appauvris et tenus sous la dictature et la censure que la Chine peut espérer créer une telle alchimie...

S'il est envisageable de faire d'une société de consommateurs une société de producteurs, l'inverse n'est pas du tout évident. Surtout dans le cas de la Chine où le déséquilibre production/consommation est extrême.

Il est grand temps que ces sociétés complexes, progressistes, avancées, offrant de bien meilleures perspectives à l'Humanité que leurs concurrentes, se rebellent contre le modèle de course généralisée et sans fin à l'égalisation par le bas imposée par ces passagers clandestins, qui n'ont rien d'autre à offrir que le retour au XIXème siècle...

1 commentaire:

  1. très bon article
    Toutefois discotonio,
    "armées d'esclaves appauvris et tenus sous la dictature et la censure que la Chine peut espérer créer une telle alchimie"

    le problème en chine c est qu il y a 2 systèmes...le régime officiel de Pékin dans lequel les chinois croient fortement
    Et le potentat de cafard, fonctionnaires,politiciens locaux etc...qui se foutent de ce que peut décider le gouvernement central et qui font ce qu ils veulent...un système archi corrompu que dénoncent tous les chinois..
    le plus gros frein a l expansion d une nouvelle classe de consommateurs en chine c est cette armée de parasites voraces..le hic c est qu elle travaille pour le gouvernement central..et c est un gros ménage interne qu il faudra opérer..pour y éliminer les brebis galeuses qui rackettent la population
    savez vous qu en chine dans certaines provinces, des profs sont en grève car on a amputé leur salaire de 1/3, en dépit du fait que la loi chinoise dise, qu un prof ne peut pas gagner moins qu'un fonctionnaire employé de bureau...c'est juste le potentat local qui a décidé cela
    pour la censure: faut pas compter sur la presse ou la tv..mais moi qui suis en Malaisie je peux dire que c est pareil..;

    RépondreSupprimer

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)