lundi 15 mars 2010

La Chine au bal des faux culs et de la schizophrénie (2)

 Post précédent
Post suivant 


Tiens visiblement, je ne suis pas le seul à avoir trouvé que monsieur Wen Jiabao, ben... il se foutait franchement de nous...

Paul Krugman, prix nobel d'économie, éditorialiste au New York Times, traduit en français par l'excellent travail de ContreInfo :

Cours du Yuan : le temps est venu de s’en prendre à la Chine, par Paul Krugman
New York Times, Paul Krugman, 14/03/2010 (en Français texte en français )
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=3000

la politique monétaire chinoise consistant à maintenir un cours sous évalué de sa devise, le renminbi, provoque un ralentissement significatif de la reprise économique mondiale. Il faut faire quelque chose.

Et c’est une politique qui pénalise gravement le reste du monde. La plupart des grandes économies mondiales sont prises dans une trappe à liquidité - profondément affaiblies, mais incapable de provoquer une reprise en réduisant les taux d’intérêt puisque ceux-ci avoisinent déjà le zéro. La Chine, en se procurant un excédent commercial injustifié, impose de fait une ponction anti-relance sur des économies incapables de compenser cet effet.

La loi requiert que le Trésor publie deux fois par an un rapport recensant les nations qui « manipulent le taux de change entre leur monnaie et le dollar des États-Unis aux fins de prévenir des ajustements effectifs des balances des paiements ou d’acquérir un avantage compétitif déloyal dans le commerce international. »

Si la raison et la douceur ne fonctionnent pas, quelle est l’alternative ? En 1971, les Etats-Unis ont réagi à un problème similaire, mais bien moins grave, de sous-évaluation des devises étrangères en imposant une surtaxe temporaire de 10% sur les importations, qui a été supprimée quelques mois plus tard, après que l’Allemagne, le Japon et d’autres nations aient réévalué leurs monnaies. À ce stade, il est difficile de voir la Chine changer de politique à moins d’être confrontée à la menace d’une mesure similaire - si ce n’est que cette fois la surtaxe devrait être beaucoup plus importante, disons de l’ordre de 25%.

Je ne suggère pas ce tournant vers un durcissement à la légère. Mais la politique monétaire chinoise accroit de façon sensible les problèmes économiques mondiaux à un moment où ces problèmes sont déjà très sévères. Il est temps de prendre position.

Ha ben voilà, on y vient   

L'escroquerie qui ne profitait qu'aux ploutocrates et qu'on nous a vendue sous le nom de "libre échange" est en train d'exploser en plein vol...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)