dimanche 7 mars 2010

La Chine abat ses cartes

Consumerism 'doomed', investment forum told
Times Online, Leo Lewis, 07/03/2010 (traduire en Français texte en anglais )
http://business.timesonline.co.uk/tol/business/industry_sectors/natural_resources/article7042598.ece
Western governments may not realise it yet, but consumerism as we know it is doomed and resource war with China inevitable, the world’s biggest fund managers were told yesterday.

The unsettling message, which focuses on the potentially destabilising shortfall of the rare “technology metals” used in everything from mobile phones to guided missiles, was issued in Tokyo yesterday at the close of one of Asia’s largest annual investment forums.

Avec de vrais morceaux de guerre pour les ressources et de peak everything dedans...

Et toujours la Chine qui désormais abat son propre jeu. Sur cet exemple là, il est question de l'interdiction de l'exportation de ses terres rares. Car maintenant qu'elle a bien profité de la mondialisation, qu'elle a fini de dépouiller l'occident et qu'il n'y a plus rien à en tirer, elle va arrêter de se la jouer "OMC compliant". Car, en gros, le jeu a consisté pour eux à s'entendre avec nos ploutocrates pour dépouiller les classes moyennes d'occident, en se partageant le butin :
  pour la Chine, les usines et les emplois,
  pour nos ploutocrates, les faux billets issus de l'explosion des profits plus le jus de dette odieuse extrait du sur endettement de la classe moyenne.

Mais comme savent très bien le faire les chinois, ils ont utilisé la force de l'adversaire contre lui même. Et le gagnant n'est pas celui que l'on croit... Pour nos ploutocrates, il a suffi de flatter leur égo, leur court termisme et leur cupidité, tout en leur faisant croire que c'était eux qui menaient le jeu... Et le tour était joué...

Et ils ont ainsi d'eux mêmes détruits les économies de leurs propres pays en échange de nombres sur des comptes en banque, ou d' "actifs" financiers bidons qui reposent sur de la dette inremboursable, et qui sont sensés représenter la richesse réelle mais qui ne sont en fait que des abstractions. Et ils finiront par se réajuster, soit par la déflation et la faillite, soit par l'inflation monétaire, avec la nouvelle réalité du désert économique occidental et son économie en ruines, qui ne consistait massivement qu'à fabriquer du vent, distribuer les produits fabriqués en Chine et à exporter de la dette...

Et désormais, même pour le High Tech et les technologies d'avenir, on va bientôt être largué. Car déjà, les multinationales occidentales se voient concurrencées par des firmes chinoises, et qui vont même, ô sacro sainte horreur, commencer à leur disputer leurs propres marchés captifs... A quand des voitures chinoises à 4000€, en France ?


88 marques chinoises dans le « top 500 » mondial
Quotidien du Peuple via ContreInfo, 11/02/2010 (en Français texte en français )
http://contreinfo.info/breve.php3?id_breve=8704
88 marques chinoises figurent dans le « 2009 Global Top 500 Brands », classement annoncé lors de la World Famous Brand Assembly 2009, qui a annoncé cette nouvelle mardi à Tokyo, rapporte CNR.cn.

Et maintenant que la pompe à profits de la ploutocratie occidentale est menacée de tarissement, je sens que le discours sur le protectionnisme va changer du tout au tout...

Mais attention tout de même, qu'on se comprenne bien : le protectionnisme pour ploutocrates, ça veut juste dire que vous serez obligés d'acheter des Renault mais que celles cis seront toujours fabriquées en Slovénie...

Honnêtement, ça ne va vraiment pas être facile d'éviter la roumanification...

Quant aux chinois, espérons que leur seul objectif est de permettre, légitimement, à leur population d'accéder à un minimum de confort matériel (voiture, frigo, lave vaisselle...), et qu'ils sauront échapper à la spirale meurtrière qu'a été celle de l'Allemagne dans la première moitié du XXème siècle.

"Nous serons les grecs de ces romains" (© pangloss)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)