lundi 8 mars 2010

Joseph Stiglitz sur Adam Smith, les marchés efficients et la main invisible



Un extrait d'un discours de Stiglitz où il s'attaque à cette religion extrémiste des marchés efficients, comme quoi la notion de bulle n'a pas de sens, que les marchés sont toujours à l'équilibre et qu'il n'y a du coup aucun besoin de les réguler.

Et si la main invisible était invisible, c'est peut être qu'elle n'était pas là. Car il n'y a plus grand monde pour dire aujourd'hui, comme Adam Smith, que la poursuite de l'intérêt personnel de chacun mène la société en général vers la prospérité, quand on voit où ont mené la poursuite de leur intérêt personnel par les banksters...

Cette crise bouscule vraiment tous les dogmes de cette religion qu'on nous posait depuis 20 ans comme étant une donnée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)