dimanche 7 mars 2010

Industrie ou immobilier, il va falloir choisir (2)

 Post précédent
Post suivant 


Dans le très lu New York Times.... L'idée se propage et le mythe de la société de propriétaires a du plomb dans l'aile...

Et voici Robert Shiller aux USA qui parle de cette culture de la propriété immobilière.
Pour ceux qui ne le connaissent pas, Robert Shiller bosse chez Standars & Poor's et a créé le Case Shiller Index qui sort chaque premier mardi du mois et mesure le prix de l'immobilier rapporté au revenu des gens.
Sa méthodologie a ensuite inspiré tous les indices immobiliers mondiaux. En France, vous pourrez regarder les graphes de Friggit pour avoir un équivalent français.

Et donc, que nous dit-il Robert ?

Shiller: Homeownership and American Culture
New York Times via Calculated Risk, 06/03/2010 (traduire en Français texte en anglais )
http://www.calculatedriskblog.com/2010/03/shiller-homeownership-and-american.html
In fact, there is much more to the history of subsidizing housing. While the crisis in the housing market shows that our current approach is far from perfect, there is a certain wisdom behind it, related not only to economic stimulus but also to the preservation of a sense of national identity. It’s important to remember this as we consider re-engineering our institutions as the crisis ebbs.

But first, we should rethink the idea of renting, which could be a viable option for many more Americans and needn’t endanger the traditional values of individual liberty and good citizenship.

Switzerland, for example, is a country with strong patriotism, a fighting spirit of national defense, a commitment to freedom and tolerance, and a low crime rate. Yet its homeownership rate is just 34.6 percent, versus 66.2 percent for the United States, according to the two countries’ 2000 censuses.

Swiss national identity doesn’t depend on homeownership.

Voila qui démonte le mythe de la société de propriétaires sensée apporter bonheur et prospérité...   

Et oui... Louer son logement, ce n'est pas sââle. Et ça s'avère même être le meilleur choix financier dans bien des cas, n'en déplaise à tous les adeptes de la "fenêtritude des loyers".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)