samedi 6 mars 2010

Heureux comme un Islandais

Un article très intéressant sur l'Islande, qui permet de mieux cerner ce petit pays, qui n'est de toutes évidences pas le paradis qu'on voulait bien nous vendre, tout le temps que montait la bulle de crédit.

Maintenant que l'eau s'est retirée, on voit ceux qui se baignaient nus.

Heureux comme un Islandais
Minorités, Renaud Mercier et Nicolas Jacoup, 21/02/2010 (en Français texte en français )
http://www.minorites.org/index.php/2-la-revue/679-heureux-comme-un-islandais.html


Toujours cette même histoire d'une caste de ploutocrates qui accapare toutes les richesses, qui empêche toute concurrence d'apparaître, sur fonds d'omerta scandinave, de parti unique corrompu au service des puissants, d'exploitation des étrangers, de racisme, et pierre angulaire de tout... de riches qui refusent de payer l'impôt...

Ainsi, comme partout ailleurs, la montée de la bulle de crédit a permis de masquer que nos pays régressaient à grands pas depuis les années 70. Le consensus social né à la fin de la 2ème guerre mondiale et avait en grande partie permis la naissance de ces sociétés extrêmement riches et égalitaires car fortement redistributives a été brisé.

Et maintenant que le Ponzi se retourne, les failles apparaissent béantes. Surtout que non content de ne plus pouvoir compter sur le cataplasme de la montée du crédit pour masquer le fait que nos sociétés reculent, il va en plus falloir désormais rembourser les dettes contractées...

Mais bon... Il paraît qu'on a appris du passé et qu'on a évité de refaire les mêmes erreurs qu'en 1929 . Sauf que vu le refus doctrinal de nos dirigeants (qui croient tous être des Roosevelt en puissance mais que l'histoire retiendra surement au mieux comme des Hoover si ça ne dégénère pas trop, ou comme des Daladier si ça finit mal) de réinstaurer un impôt fort et juste, je ne vois pas comment on va échapper au même déclin et à la même crise de demande solvable...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)