jeudi 18 mars 2010

Bienvenue en "Chermany" (2)

 Post précédent


Bon visiblement, malgré le tir de barrage idéologique qu'ils se mangent, les allemands ne comptent pas abandonner comme ça :

Merkel se raidit et érige le modèle allemand en exemple
Les Echos, Karl De Meyer, 18/03/2010 (en Français texte en français )
http://www.lesechos.fr/info/inter/020422764445-merkel-se-raidit-et-erige-le-modele-allemand-en-exemple.htm
La chancelière allemande défend le modèle exportateur et un gouvernement économique européen aligné « sur les meilleurs ». Elle veut un mécanisme d'exclusion de la zone euro et veut une réglementation des « hedge funds ».

« Nous n'allons pas abandonner nos atouts au prétexte que nos produits sont peut-être plus demandés que ceux d'autres pays. » « Cela serait la mauvaise réponse à apporter à la question de la compétitivité de notre continent », a-t-elle précisé, ajoutant qu' « un gouvernement économique européen doit s'aligner sur les États membres les plus rapides et les meilleurs, pas sur les plus faibles ».

à l'égard de la Grèce : « Un geste de solidarité précipité n'est pas la bonne réponse. Il faut plutôt prendre le problème à la racine. »

« une disposition dans le traité [UE] qui permette, en dernier recours, d'exclure un pays de la zone euro si les conditions ne sont pas remplies de façon répétée sur le long terme »

Le ton agressif de la chancelière s'explique par l'ampleur des critiques adressées à l'Allemagne depuis quelques semaines, l'approche d'élections très importantes en Rhénanie-du-Nord Westphalie, la conviction du gouvernement d'avoir un modèle économique sain, et le refus de payer pour des pays qui, selon lui, n'ont pas fait de réformes suffisantes. Pour Claire Demesmay, de l'institut allemand de politique étrangère, « on est dans la continuité de la période ouverte par Schröder, où l'Allemagne défend mieux, en tout cas à plus haute voix, ses intérêts nationaux ». Le Conseil européen de printemps, la semaine prochaine, devrait permettre de nouveaux « échanges de vues ».

Et ces deux brèves sur ContreInfo :

Les pays européns doivent « coopérer plus étroitement » et « rééquilibrer leurs économies », estime DSK - le FMI prévoit une croissance de 1% en europe cette année (FMI)
FMI via ContreInfo, 17/03/2010 (en Français texte en français )
http://contreinfo.info/breve.php3?id_breve=9024
In economies that have been running persistent current account deficits, domestic saving must increase. Exports will need to contribute more to growth in such countries. In economies with persistent current account surpluses, domestic demand must go up, including by boosting consumption. This adjustment will require improving productivity and greater labor market flexibility, he said.


Aucun pays ne peut supporter un effort de rigueur tel que celui exigé de la Grèce - les revenus de l’Etat vont s’effondrer - le plan de soutien est une coquillle vide - les allemands ne paieront pas
Telegraph via ContreInfo, Ambrose Evans Pritchard, 17/03/2010 (traduire en Français texte en anglais )
http://contreinfo.info/breve.php3?id_breve=9032
This Hooveresque strategy will tip these countries into a debt spiral, along the lines described by Irving Fisher in Debt Deflation Causes of Great Depressions (Economica, 1933). It will prove self-defeating, starting with Greece, which will see its public debt galloping up to 135pc of GDP this year. The policy will rebound against German exporters and Germany’s under-capitalized banks, ultimately dragging the entire eurozone into a deflationary swamp.

I can think of no better way to destroy everything good that the EU has done in half a century.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)