lundi 8 mars 2010

3500 milliards de $ d'emprunts toxiques des localités chinoises sur le point de fumer ?

  

Si j'ai bien compris ce que je viens de lire, là, c'est du très très lourd.

Toujours d'après ZeroHedge, Goldman Sachs, toujours à la pointe du bricolage de bilan à coups de produits dérivés, serait responsable de 70% de la dette de la Chine qui n'apparaît pas dans ses comptes publics.

Weekly Chartology, And Goldman's Ruminations On CNY Revaluation
ZeroHedge, 06/03/2010 (traduire en Français texte en anglais )
http://www.zerohedge.com/article/weekly-chartology-and-goldmans-ruminations-cny-revaluation
Although if Goldman is somehow responsible for the 70% of Chinese debt that does not appear on the country's books, as Victor Shin pointed out, then the firm may just have enough leverage to dictate Chinese currency policy.

Et voici un autre article de ZeroHedge sorti tout à l'heure :


Jim O'Neill's Weekend Just Got Really Bad, As China Prepares To Nullify Local Government Loan Guarantees
ZeroHedge, 07/03/2010 (traduire en Français texte en anglais )
http://www.zerohedge.com/article/jim-oneills-weekend-just-got-really-bad-china-prepares-nullify-local-government-loan-guarant
Bloomberg : China plans to nullify all guarantees local governments have provided for loans taken by their financing vehicles as concerns about credit risks on such debt surges.

The Ministry of Finance will also ban all future guarantees by local governments and legislatures in rules that may be issued as soon as this month, Yan Qingmin, head of the banking regulator’s Shanghai branch, said in an interview. The ministry held meetings on the rules on Feb. 25 with regulators including the China Banking Regulatory Commission and the People’s Bank of China, Yan said March 5.

China’s local governments are raising funds through investment vehicles to circumvent regulations that prevent them from borrowing directly. A crackdown on local- government borrowing, estimated at about 24 trillion yuan ($3.5 trillion) by Northwestern University Professor Victor Shih, could trigger a “gigantic wave” of bad loans as projects are left without funding, Shih said this minth.

The total potential impact: $3.5 trillion smackers. And some large, recently bailed out bank, has been seen as claiming the CNY is about to get revalued. HA HA HA. Oh, and goodbye BRICs.

Alors, je ne suis pas sûr de tout cerner, mais si j'ai bien compris, les localités chinoises auraient pris pour 3 500 milliards de $ de dette exotique (en produits dérivés, comme la Grèce), dont 70% proviendraient de Goldman Sachs. Et visiblement, ces localités ont les plus grandes difficultés à rembourser ces emprunts.

La Chine avait déjà annoncé qu'elle se donnait le droit de ne pas honorer les contrats de produits dérivés qu'elle jugeait abusifs, vendus par Wall Street aux entreprises publiques chinoises, notamment les produits de couverture contre une hausse du pétrole, vendus au plus fort de la bulle du pétrole à 150$, orchestrée par Wall Street elle même. Et il me semble qu'une banque US avait du encaisser une perte de 80 millions de $ là dessus.

Mais visiblement, ce n'était qu'un coup de semonce. Là, la Chine en retartine une couche. Et pas qu'à moitié    On change d'ordres de grandeur en terme de montants d'un facteur 50.

3 500 milliards...   

De plus, un tel défaut sur sa dette, ferait sombrer la Chine dans une crise financière de grande ampleur et du coup, le yuan, loin de s'apprécier si il devait flotter librement, se casserait littéralement la gueule (comme l'a toujours suggéré Mike Shedlock)...

  

C'est tout le shadow banking system qui s'effondre...


China foreign minister says U.S. ties "disrupted"
Reuters, 06/03/2010 (traduire en Français texte en anglais )
http://www.reuters.com/article/idUSTRE62605720100307
Chinese Foreign Minister Yang Jiechi said on Sunday that relations with the United States had been "seriously disrupted," after a rise in friction between the two big powers.

The United States "must respect China's core interests" on Taiwan and Tibet, Yang added. "I believe the United States understands very well China's core interests and major concerns.

Ce qui fait conclure au gusse de ZeroHedge :
It's all good though - the Fed will just keep. on. printing, even as the global prisoner's dilemma game is rapidly approaching its unwind phase.

"Mais tout va bien quand même. La Fed va juste continuer à imprimer des billets, alors même que le dilemne du prisonnier global approche de son dénouement..."

Ça sent pas bon du tout...  

Et si en fait la Chine n'était que le Japon des années 80, en pleine montée de sa propre bulle ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

(Les commentaires sont modérés pour éviter la fête au n'importe quoi. S'il n'apparaît pas de suite, ne vous inquiétez pas, c'est que je ne l'ai pas encore modéré.)